Dépendant du ministère de l’Education nationale, le Cned (Centre national d’enseignement à distance) est le premier établissement public d’enseignement à distance en Europe. Au service de tous les âges, il scolarise plus de 250 000 inscrits : scolaires, étudiants et aussi ( 2/3 des inscrits) adultes demandeurs d’emplois, en reconversion professionnelle, bénéficiaires de la formation permanente, femmes au foyer, prisonniers, malades ...




mardi 16 novembre 2010

Conseil d'orientation


Ce matin(16/10/2010) les personnels du site de Poitiers ont interrompu le conseil d’orientation en lisant une déclaration. Environ une cinquantaine de collègues ont montré leur soutien en pénétrant dans la salle du conseil.

Déclaration :

M. le Recteur

Il y a 2 ans, vous nous présentiez la modernisation au travers du scénario 3 qui se prétendait iso-effectif et sans fermeture de sites. Il avait également pour ambition, entre autre, d’informer efficacement les personnels afin de, je cite « éviter de faire cristalliser les blocages ». Ce scénario devait aussi je cite « obtenir l’adhésion large du personnel du Cned ».

Force nous est de constater que ces deux objectifs sont très loin d’être remplis et que la direction reste complètement opaque sur les décisions majeures que vous avez envisagées (fermeture de sites, fermeture de formations…).

Ces fermetures vont donc entraîner un certain mouvement salarial et rien ne semble être mis en place pour accompagner les personnels impactés contrairement aux préconisations du cabinet Vertone dans son scénario 3. Qu’en est-il de ces personnels ? Que vont-ils devenir ? Que vont devenir les formations des sites menacés ?

De plus et en réponse au mail que vous avez envoyé hier à l’ensemble du personnel, vous pourrez compter sur le personnel du Cned pour remplir les missions qui lui sont dévolues mais n’attendez pas d’autres implications de notre part, ni en motivation, ni en investissement personnel.

Car si vous mesurez, je cite « mesurez les interrogations et les inquiétudes du personnel », à ce jour, aucune réponse claire et concise n’est apportée sur le devenir du Cned.

Nous nous interrogeons également sur le changement de statut de l’établissement et des conséquences claires qu’entraînerait le statut d’EPIC pour les personnels.

Au vu de cette réorganisation et des conséquences que nous y voyons, il nous semble évident que la qualité de service va sérieusement en pâtir. En fait, cette qualité de service ne nous semble plus au centre de nos fonctions puisque les transferts – et les suppressions – de formations semble décidées arbitrairement, en dépit des compétences et des personnels en place.

En conclusion, depuis le début de la modernisation nous pouvons établir le constat suivant :

- Nous ne suivons pas du tout le scénario préconisé par Vertone – qui nous a pourtant coûté si cher

- Nous avons l’impression croissante que toute la réorganisation se situe au niveau comptable et en aucune manière sur le plan humain

- Nous n’avons aucune clarté sur les objectifs à venir, nous ne pouvons donc pas anticiper et travailler sereinement au devenir du Cned.

37 commentaires:

  1. ah ben y vont réussir à combler le déficit ! facile ! on vend les bâtiments, et les pov' gens qui a dedans, ben ....et hop là .... 9 millions d'euros ! ... au moins ?

    RépondreSupprimer
  2. Mais qu'a répondu le Recteur à ce message !!

    RépondreSupprimer
  3. Merci aux collègues de Poitiers pour leur action et leur soutien.

    N'oublions pas que l'outil et les pratiques de travail du Cned sont pour l'instant entre les mains des salariés, et non entre les mains de ceux qui veulent les "démanteler" ou les casser.

    Je cite M. Leroy lors d'une descente à Lyon : "Si démanteler le service public est de faire tomber les forteresses, alors j'y souscris."

    Le problème est qu'avec ses pratiques et ses décisions brutales de fermer certains sites de l'établissement sans aucune concertation avec les représentants du personnel, c'est autant de coups de gourdins donnés au dit personnel et l’on se rapproche plus des pratiques de la préhistoire que de la période de la Renaissance ou du siècle des lumières.

    J'invite donc les "Grands décideurs" à faire un bond en avant, de quitter leurs pratiques préhistoriques et de rejoindre nos soi-disant forteresses pour continuer à évoluer dans le 21e siècle, pour le public et les services, services publics dont ils ont été bénéficiaires durant leurs propres apprentissages et leurs grandes études, je suppose (car ils ont une facheuse tendance à l'oublier).

    Signé : Un salarié qui rend des services aux publics et qui souhaite encore le faire.

    RépondreSupprimer
  4. Il est évident que ce n'est que le début de la mobilisation des personnels du Cned.
    Le manque d'écoute et de considération de la direction est une erreur lamentable qui ne peut qu'engendrer frustration et colère.

    RépondreSupprimer
  5. On parle du Cned:

    http://sudeducation92.ouvaton.org/spip.php?rubrique20

    RépondreSupprimer
  6. 300 000 inscrit qui ne recevrons pas leur formation en janvier...ça ferais peut-être réfléchir non ? yen a marre de prendre les petites mains que nous somes pour des cons...mais les personnels sont ils prêt à aller jusque là ? car ces bien beau de raler et de dire on va faire un jour de greve et gnagna gna car ca sert a rien ils sen foutent et j'emm celui qui dit qu on fais des fautes qu il aille se faire voir

    RépondreSupprimer
  7. la greve on va la faire partout de toute façon tous les sites sont concernés, il n'y a pas que Lyon, meme si tu y faisais référence sur la situation que l'on y vit ces derniers jours, la preuve la dernière photo est prise à Poitiers. ça ne sert à rien de paniquer...

    RépondreSupprimer
  8. Je tenais à vous faire part de mes quelques remarques sur la situation du Cned et notamment de ce plan de modernisation.

    Il est faux de croire que le Cned n'applique pas le scénario 3 du cabinet Vertone. tout simplement parce que ce scénario était dés le départ impossible à mettre en oeuvre, par l'incompétence dudit cabinet (voir chiffrage des évolutions du CA sur plusieurs années et des investissement à mettre en oeuvre). D'autre part, ce cabinet n'avait aucune compétence et expérience dans l'évolution d'organisme public comme le Cned. Il a appliqué des recettes qui conviennent beaucoup mieux à des entreprises du CAC 40. Le choix de Vertone était dés le départ dicté par l'ancien directeur général. D'autres cabinets auraient peut - être beaucoup mieux appréhendé la spécificité du cned et de ses activités, afin de fournir un programme d'évolution sérieux et réaliste.

    C'est l'ancien directeur général qui en est le seul responsable, afin de partir la tête haute sans trouble social au cned. Et oui c'est haut fonctionnaire ne pense qu'à leur seul intérêt.

    Des pans entiers de l'étude n'ont pas été réalisé à la demande expresse de l'ancien directeur général et l'accent a été volontairement porté sur une démarche de développement, avec la caution de l'ancien secrétaire général du Cned (soit dit en passant il a certainement une part de responsabilité dans la situation financière actuelle du Cned : projets informatiques avortés).

    Enfin, ce qui me semble être une voie de sortie dans la situation actuelle, c'est de poser la question au Ministère de l'Education Nationale de ce qu'il veut faire du Cned dans les années futures, et ce n'est pas à la direction actuelle complétement discréditée de décider de son sort. L'étude réalisée début 2009 aurait d'ailleurs du être porté par l'Administration Centrale.

    Enfin pour finir, le Cned mérite mieux que de déisgner des anciens recteurs comme directeur général. Ce ne sont que des politiciens en fin de carrière et pas des patrons.

    RépondreSupprimer
  9. Oui je suis assez d'accord, avec quelques bémols, en particulier sur le rôle du recteur : je pense qu'il peut être temporisateur et si le recrutement d'un DG donne le même résultat que celui du DOS alors ce n'est pas la peine de penser au suicide, il se chargera de nous tuer de ses propres mains !

    RépondreSupprimer
  10. Voilà une solution Claire, et efficace !
    Car comme le disait Eric Woerth, il faut faire preuve de pédagogie...
    http://data.imagup.com/2/1289810575.png

    RépondreSupprimer
  11. La grève peut être une solution utile actuellement. mais il faut mobiliser par d'autres moyens. par exemple, il n'est pas interdit de demander à un député de poser la question sur la situation du Cned au Ministre à l'assemblée nationale.

    Deuxièment, on peut demander à la cour des comptes de dilligenter un audit sur le Cned. certaines personnes au cned doivent sans doute connaitre le président de la cour des comptes.

    Enfin, sur le rôle du recteur comme temporisateur, c'est le directeur général du cned. mon propos concernait la capacité des personnes actuelles, et donc du recteur / directeur général à diriger un établissement comme le cned. cela demande des qualités de charisme, d'humanisme, des capacités à porter un projet fédérateur. Et je pense qu'avec le recteur actuel on est loin du compte.

    RépondreSupprimer
  12. enfin les commentaires sont de qualité...on sent que ceux qui s'expriment dernièrement ont eu des responsabilités dans l'ancien cned et ne les ont peut être plus...
    L'humanité de ceux qui dirigent le cned fait défaut, on se demande ce que sont devenues les belles promesses de meilleure communication, de meilleure gestion des ressources humaines, de meilleure prise en compte des attentes du personnel...ne vous laissez pas avoir et tenez bon...mais c'est facile à dire...

    RépondreSupprimer
  13. Le recteur veut démanteler les CNED et faire qu'il n'y en ait plus

    HOU ! HOU ! QUE VOUS ÊTES MÉCHANTS M. LE RECTEUR ; VOUS NE COMPRENEZ PAS LES PERSONNELS QUI TRAVAILLENT DANS LES CNED

    RépondreSupprimer
  14. difficile et oui, ca l'est malheureusement toujours. mais rien n'interdit d'essayer.

    pour économiser quelques € au cned, pourquoi ne pas commencer à supprimer quelques fonctions exotiques au cned. Je pense tout naturellement au poste de directeur de la stratégie et du développement. Quant la stratégie est dictée par le ministère, on peut se poser la question de son intérêt. Autre fonction qui peut poser problème : directrice de cabinet - une secrétaire pour un curé de campagne, quel gachis!

    RépondreSupprimer
  15. enfin l'actualité peut ëtre riche d'enseignemen!
    vertone, Poitiers, Karachi, quel parcours !

    RépondreSupprimer
  16. Continuons à utiliser les autres canaux de communication, et gardons ce blog pour exposer plus largement ou échanger des infos d'ordre plus général. N'utimisons pas ce blog pour dénoncer des personnes, inutile de prendre des risques et inutile d'informer trop.
    Mais je vois que c'est déjà chose faite, vu la diminution significative des messages, bravo à tous pour votre engagement !

    RépondreSupprimer
  17. Pourquoi ne pas aller manifester au salon de l'éducation?
    25-29 novembre 2010 - Porte de Versailles - Hall 7, niveau 2

    RépondreSupprimer
  18. Intéressant de suivre l'évolution de ce blog...

    RépondreSupprimer
  19. Ok avec ce qui a été décidé à Lyon : mdr

    RépondreSupprimer
  20. Rions ensemble :
    " je peux vous assurer qu’aucun site ne sera fermé à l’échéance de la rentrée 2011."

    "Nous sommes un service public, et nous le resterons"

    "Notre mission est d’offrir ... un service de formation de qualité"

    "Je reste à votre écoute. Pendant cette période de concertation, de discussion et d'approfondissement des orientations stratégiques, je vous redis mon engagement de donner, dans l'intérêt de tous, l’information la plus complète et la plus rapide possible."

    sketch de M. L.

    RépondreSupprimer
  21. Question : combien de temps entre la rentrée 2011 et janv 2012 ?
    Euuuh ! 4 mois ? Ahhh ! Je suis rassuré ! On ne nous ment pas, à 4 mois près !

    RépondreSupprimer
  22. Allo ! Lille ? Personne au bout du fil ??!!

    RépondreSupprimer
  23. la fermeture d'un site signifierait-elle l'abandon des formations qui y sont dispensées ? si par exemple Rouen ferme, les formations en collège seront-elles purement et simplement supprimées ?

    RépondreSupprimer
  24. Nous sommes plusieurs centaines d'enseignants correcteurs à avoir reçu ce matin un mail nous informant de la situation "précaire" (pour utiliser un mot ô combien à la mode...)du CNED.

    Un autre mail est venu nous informer que le l'envoi du 1er mail était en fait une erreur de manip...

    Je dis "merci" au doigt qui a fourché (ou pas ?) car cela me permet de mesurer, d'abord à la lecture des réactions dans le forum des enseignants correcteurs puis à la lecture de ce blog, l'ampleur des menaces qui pèsent sur le CNED..

    Je souris en lisant qu'un cabinet d'audit grassement payé a pondu des conclusions qui font plaisir à celui qui a commandé l'audit : c'est toujours comme cela que cela se passe...

    Bref, ce commentaire pour vous dire que nous, correcteurs enseignants sommes directement concernés, et que nous pouvons aussi nous impliquer...

    Et savoir que si nombre d'entre nous, qui somme tous atteints de maladies ou pathologies invalidantes, n'avons plus de poste PACD ou PALD au CNED......nous serons obligés d'aller pointer à la Sécu....en longue maladie... C'est notre seule alternative...

    Vous me direz, vu l'état de la sécu, il y aura peut être bien un haut fonctionnaire qui décidera de commander un audit pour "restructurer" la Sécu (sous-entendez "dégraissez, dégraissez") ??? Je plaisante à peine, encore que..

    Il y aura donc des correcteurs, tous malades, qui ne demandent qu'à travailler, et qu'on indemnisera à être improductifs....

    Et à côté de ça des étudiants, des élèves, des particuliers qui ne pourront plus se former, soit parce que les formations n'existeront plus au CNED, soit parce qu'elles seront trop chères ailleurs..ou les deux...

    On se dit que c'est injuste, inhumain, voire absurde... Ben non répondrons les technocrates, parce que la seule logique c'est la logique financière...

    La société n'est pas (plus) faite pour les individus, elle est dépendante du fric, des actionnaires, des hedge funds, du CAC40, que sais-je ? ...

    "Pauvres humains qui après nous vivez..."

    Desperate teacher

    RépondreSupprimer
  25. perso, je suis atteint d'une pathologie incurable et suis reconnu comme travailleur handicapé par la MDPH et en PALD depuis cette année ; il est clair que je ne peux absolument pas retourner devant des élèves (de plus cela va faire 8 ans, une paille!, que j'ai quitté mes fonctions en présentiel), donc le cned est ma seule planche de salut, car je n'en ai pas d'autre, sinon eh bien je ne sais pas ce que je deviendrai ; que la direction du cned réfléchisse bien à ce qu'elle fait, car ce sont nos vies qu'elle a entre ses mains...

    RépondreSupprimer
  26. Je propose que les "centaines d'enseignants correcteurs" prennent contact avec les représentants syndicaux ou personnels des différents CNED, pour ainsi réaliser des actions communes... car plus nous sommes nombreux plus nous sommes visibles ;)

    RépondreSupprimer
  27. http://www.rue89.com/2010/11/27/le-cned-accuse-de-devenir-une-simple-boite-de-soutien-scolaire-176465

    RépondreSupprimer
  28. Merci pour l'article de rue89

    RépondreSupprimer
  29. merci surtout pour Acadomia et d'autres marchands de soupe qui se réjouissent de l'image négative donnée du Cned par cet article.Rue89 reçoit de la pub de ces officines.

    RépondreSupprimer
  30. Vive rue89 et les personnes qui ont osé témoigner.
    Et si le Cned est devenu ce qu'il est c'est bien la faute des DM qui ne connaissent rien au service public du Cned tel qu'il existait ! A trop vouloir avoir raison on perd tout !

    RépondreSupprimer
  31. http://www.rue89.com/2010/11/27/le-cned-accuse-de-devenir-une-simple-boite-de-soutien-scolaire-176465

    RépondreSupprimer
  32. Voici une nouvelle qui je pense va détendre un peu l'atmosphère et donner des idées d'action :)

    http://nantes.indymedia.org/article/22372

    RépondreSupprimer
  33. Un dimanche soir moins triste ! Je rêve de mousse à raser, de crème chantilly, ... Si ça peut faire redescendre sur terre les vautours !

    RépondreSupprimer
  34. bravo à tous, tenez bon!
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/11/30/97001-20101130FILWWW00734-le-demantelement-du-cned-denonce.php
    vive le PS!!!

    RépondreSupprimer
  35. bon alors les profs seront reconduits devant eleves, malades ou pas malades, et seront "pris en charge" par les rectorats "dans les meilleurs délais". Plusieurs services d'impressions ferment à la rentrée 2011 du fait de la disaprition de centaines de formations. Ensuite, les sites qui ferment sont ceux ou il ne restera pas grand monde: faites vos jeux...rien ne va pplus ou "sauve qui peut, nous coulons".

    RépondreSupprimer